Regard d'auteur
Photographe de mariage : le portrait de Joël Assuied

Photographe de mariage : le portrait de Joël Assuied

Quel est ton parcours ?

Début de carrière en tant que graphiste au sein d'une imprimerie dont j'ai repris la direction pendant quelques années et que j'ai cédé pour faire de la création de sites web. J'ai exercé aussi en tant que formateur indépendant, sur la suite Adobe. Depuis une quinzaine d'années maintenant, je propose mes compétences de photographe.

Pourquoi la photographie, et pourquoi le mariage ?

On ne se demande pas pourquoi on respire de même je ne me demande pas pourquoi je fais de la photo. J'en ai toujours fait. Par contre pourquoi le mariage, ça je peux y répondre mais ce serait long à développer ici. En fait, c'est mon pourquoi que j'ai réussi à définir, il n'y a pas si longtemps. Brièvement, c'est l'envie de conserver une trace, un souvenir de ce qui est éphémère, du temps qui passe et dont j'ai moi-même une certaine nostalgie.

Qu’est ce qui défini ta « patte », ton style ? Quelle est ton approche ?

Lorsque je fais de la photo, comme dans la vie en général, je suis plutôt quelqu'un de discret. Mon approche sera donc plutôt du reportage avec des photos sur le vif et spontanées. Si pendant longtemps je n'ai pas eu de style trop défini, cela fait maintenant quelque temps que je traite mes images dans un style que je qualifierai de clair/nostalgique ! C'est un style ça ? ;-)

© Joël Assuied

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

La nature m'inspire beaucoup. Je fais d'ailleurs de temps en temps des expos de mes photos de paysages. J'imagine souvent mes couples dans ces paysages que je photographie.

Racontes nous une anecdote ou une histoire vécue lors d’un mariage !

Cela devait être sur l' un de mes premiers mariage. Lors du rendez-vous avec les mariés, ceux-ci m'annoncent qu'ils allaient inviter une personnalité très connue lors de la réception le jour J. Malgré ma curiosité ils ne voulurent pas m'en dire plus. Étant débutant dans le mariage, je ne vous cache pas que le jour J j'avais quand même une certaine appréhension. Et en plus s'il y avait une personnalité présente pendant la soirée, j'avais intérêt à ne pas me louper. La journée se passa donc sans embûche, ce qui me donnait du courage pour affronter la soirée qui arrivait. J'étais donc occupé à photographier les invités lorsque j'entendis des applaudissements qui venaient de l'entrée du domaine. Je m'approchais donc. Lorsque je vis la personnalité en question arriver pour saluer les mariés, l'effet de surprise passé, je fus envahi par une déception qui devait certainement se lire sur mon visage. L'attention des gens étant captée par cette personne, personne n'a dû voir la tête que je faisais. Jean-Marie Le Pen en personne venait d'arriver. J'observais les gens autour de moi et je ne comprenais pas leur état d'excitation intense. Je ne savais plus si je devais faire des photos ou m'abstenir. Pendant la soirée, j'appris que la plupart des gens présents étaient de fervents militants du FN. Je ne fais pas de politique mais mes idées sont à des années-lumières de celles de ces gens-là. Aussi, me retrouver dans une telle concentration de partisans rendait la situation plutôt cocasse. J'ai essayé de me faire encore plus discret que d'habitude ;-) mais en restant pro jusqu'au bout.

© Joël Assuied

Si tu ne devais retenir qu’un moment de ta carrière, quel serait il ?

La journée s'était bien passée et la soirée s'annonçait excellente. Les convives étaient tous là lorsque les mariés firent leur entrée en musique. Le DJ, excellent, lançait la soirée et l'ambiance commençait à devenir très chaude. Une demi-heure après ce début de soirée sur des chapeaux de roues, je vis l'une des deux petites filles des mariés, qui devait avoir 8 ou 10 ans venir parler à sa mère. Avec la musique je n'entendis pas ce qu'elle lui dit mais à la tête de la mariée qui changea brusquement je me suis dit que cela devait être grave lorsqu'elle appela aussi son mari. Dix minutes après ils nous annoncèrent qu'ils étaient obligés de nous laisser pour accompagner leur fille aux urgences. Elle avait mangé quelque chose à laquelle elle était allergique et elle commençait à ne plus pouvoir respirer. Ils demandèrent aux convives de rester et de continuer à faire la fête, même s'ils n'étaient pas là. Cet évènement ayant quand même un peu refroidi l'ambiance, le DJ eut du mal à faire redémarrer la soirée. Mais les gens finirent par se dire que cela était dommage de ne pas profiter et se remirent à faire la fête et tout le monde bût à la santé des mariés et de leur fille. Ce fût la seule fois où j'ai assisté à une soirée de mariage sans les mariés. On eut quelque nouvelles de la fillette en fin de soirée et elle allait beaucoup mieux mais était obligée de rester sous surveillance à l'hôpital.

Quel est ton mantra ?

Avant de connaître les accords Toltèques, je me disais que je devais toujours faire le maximum car cela évitait d'avoir des regrets par la suite. Après la lecture de ce bouquin, je m'aperçus que cela se rapprochait beaucoup du dernier accord : fais toujours de ton mieux.

© Joël Assuied

Le meilleur conseil que l’on t’ai donné ?

Ne sois jamais photographe. Mais je ne l'ai pas suivi ;-)

Quel meilleur conseil pourrais tu donner à un photographe débutant aujourd’hui ?

À un photographe ou à quelqu'un qui débute dans un métier qui est en même temps une passion, ce serait de ne jamais renoncer. Il y aura toujours des obstacles, des imprévus et des moments où l'on pense arrêter tellement c'est difficile. Mais, que ce soit à mes enfants ou aux jeunes que j'ai parfois en stage, je leur dis, faites ce qui vous plaît mais obstinez-vous. Seuls les plus tenaces y arriveront.

Vous avez besoin d’aide ?

N’hésitez pas à nous appeler, nous sommes là pour vous accompagner !

Inscrivez-vous !

Suivez notre actualité, tous nos conseils et nos bons plans en vous inscrivant à notre newsletter !